ARTICLE DE RECHERCHE _ Les « Drive for » dans la dysmorphie musculaire: critique de la littérature internationale.

Les « Drive for » dans la dysmorphie musculaire, critique de la littérature internationale.

Disponible ici

RÉSUME DE L’ÉTUDE

L’objectif de cette étude est d’étudier la pluralité de « Drive for » existant dans les études traitant de la dysmorphie musculaire. Ces « Drive for » se sont multipliés au fil des recherches, amenant une certaine confusion dans les critères diagnostiques de la dysmorphie musculaire, tantôt les études parlent de « Drive for Muscularity », « Drive for Thinness », « Drive for Leanness », « Drive for Size », « Dive for Power », « Drive for Tone », « Drive for Bulk ». Notre revue de littérature avait pour but de faire un tableau exhaustif des différents « Drive for » reliés à la dysmorphie musculaire, et de pouvoir en comprendre le maillage complexe qui se dessine. Ce listing des différents « Drive for » intervient de manière fortuite avec l’actuelle question concernant la rentrée de la dysmorphie musculaire dans le DSM-V, face à un manque de cohésion entre les critères diagnostiques officiels et les tests évaluant la dysmorphie musculaire.

Tableau récapitulatif des drive for

QUE FAUT – IL EN PENSER ?

         Les « Drive for » et leurs relations avec la dysmorphie musculaire, compris dans un ensemble de Body Image Disorders, nous ont montré une structure complexe s’articulant autour de déterminants variés, parfois récursifs et d’autres fois, singuliers. Dans les liens unissant les « Drive for » à la dysmorphie musculaire, certains présentaient des résultats communs qui auraient parfois nécessité une plus grande différenciation, alors que d’autres montraient des caractéristiques singulières qui auraient pu être explorées davantage. Ces nombreux éléments de synthèse peuvent être appréhendés à des fins préventives, diagnostiques ou encore thérapeutiques. Les informations tirées devraient permettre d’enrichir la portée des stratégies de prévention primaire concernant les facteurs de risques des Body Image Disorders, et plus spécifiquement de la dysmorphie musculaire ainsi que de ses comportements pathologiques associés. Pour une application clinique, trois visions peuvent être repensées. A travers une vision plurimodale, l’entretien clinique peut utiliser les outils tels que les échelles analogiques visuelles ou somatomorphiques afin de mieux percevoir les « Drive for » et de l’internalisation des normes idéalisées sur le corps, des outils d’entretiens semi-structurés, des critères diagnostiques actualisés, les tests existants pour les Body Image Disorders (et les « Drive for »), ou encore des tests projectifs pour approfondir la relation représentative et affective que peut avoir le patient avec son corps. Complété par une vision plurisource et pluridisciplinaire, un travail conjoint avec les différents intervenants du soin médical et paramédical, ainsi que des personnes pouvant venir donner des informations cliniques pertinentes (parents pour les mineurs, entraineurs ou staff sportifs dans les centres sportifs ou de réathlétisation), peut se montrer d’un intérêt primordial afin d’évaluer le décalage que peut avoir l’individu vis-à-vis de son corps perçu, réel et idéalisé. Concernant un aspect thérapeutique, et prenant comme assertive le fait que plusieurs « Drive for » peuvent se retrouver chez des patients souffrant de Body Image Disorders, il serait pertinent de prendre en considération les différents « Drive for » afin de traiter de manière spécifique tous les facteurs pouvant amener au développement des troubles internalisés et externalisés chez ces patients.

Se préoccuper des « Drive for » d’une manière dimensionnelle, plutôt que de chercher un diagnostique de manière catégorielle, peut nous aider à mieux comprendre la dynamique des troubles des conduites alimentaire et de l’image du corps, grandement influencés par les motivations intrinsèques et extrinsèques à l’individu. 

RÉFÉRENCES

Cuadrado J, Morin J, Hernandez P, Yubero E, Bégin C, Michel G. Psychopathologie de la dysmorphie musculaire : analyse critique de la littérature internationale. Ann Med Psychol 2018;176:919–27.

J. Cuadrado, A. Hernandez-Comte, M. Narbaits-Jaureguy et al., Les « Drive for » dans la dysmorphie musculaire : critique de la littérature internationale, Ann Med Psychol (Paris), https://doi.org/10.1016/j.amp.2020.12.006

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :